J’ai abandonné le zéro déchet !

Voilà plusieurs mois que je n’ai pas posté sur le blog et pour cause je ne me sentais plus légitime d’écrire sur le Zéro déchet. J’ai tout simplement abandonné cette quête du zéro déchet.

Pourquoi ai-je abandonné le zéro déchet ?

Mon mode de vie a changé. J’ai commencé un nouveau travail, au mois de juillet et dans la foulée, j’ai déménagé. Je vis en colocation avec 5 autres personnes, maintenant.

Et vivre avec 5 personnes veut dire vivre avec 5 personnalités différentes, 5 modes de pensée différents, 5 habitudes différentes, et surtout 5 modes de consommation différentes.

Il est très difficile de composer avec cela au quotidien.

Laissez-moi vous expliquer le fonctionnement de cette colocation en 2 minutes.

Nous vivons à 6 dans une maison de 120 m². L’ensemble de la nourriture est partagée. Autrement dit, si une personne achète quelque chose: du pain, des fruits ou autres tout le monde peut se servir. Nous mangeons ensemble tous les soirs, à part s’il y a des imprévus. Chacun fait le repas à tour de rôle quand il le sent. Rien est fixé. Idem pour le ménage, il n’y a pas de planning. Si quelqu’un est motivé pour le faire, il le fait. Je dois dire que le système fonctionne très bien. Il n’y a pas ou peu de conflits à ce sujet.

Maintenant que vous comprenez mieux le système de ma colocation, vous pouvez vous imaginer la difficulté que c’est pour faire du zéro déchet, ou même consommer le type d’alimentation que l’on souhaite. 
Entre les gars qui ont besoin d’une bonne quantité de viande et de féculents, selon leurs dires et les filles qui préfèrent les légumes et les soupes.  Si chacun apportent ses particularités: sans gluten, sans lait, sans viandes, sans sel, bio, français, zéro déchet. On est pas rendu! 

La quête du zéro déchet est-elle vaine? 

“On n’est pas rendu!” C’est ce que j’ai pensé pendant plusieurs mois.

Je me suis dit: “Ok, tu travailles, tu fais 2 heures de trajet tous les jours, tu as le sport, les amis, plus les moments passés avec les coloc’s, tu n’as pas le temps de cuisiner, de faire des trucs maison. Puis, c’est trop difficile de faire du zéro déchet en colocation. Cette quête est vaine!! Lâche l’affaire, ma vieille!”

Mais, cette quête est-elle vraiment vaine? Est-ce que je ne peux pas trouver un moyen de l’intégrer dans mon mode de vie? N’est-ce pas simplement des excuses bidons pour ne pas essayer? Ou as-tu juste la flemme d’essayer? Tu te complais à consommer sans te prendre la tête, comme tu l’as toujours fait?

Oui, je me pose beaucoup de questions: 2 heures de transport par jour, vous laisse le temps de réfléchir, je peux vous le dire! 🙂 

Le zéro déchet me procurait cette agréable sensation d’agir dans le bon sens. Un peu comme quand on fait du sport, on sait que c’est bon pour le corps et l’esprit.  Je sais bien que c’est une petite goutte dans un grand océan, mais j’avais vraiment la sensation de faire quelque chose de bien et d’utile. Ça peut paraître débile mais ça me procurait du bonheur. Vraiment. 

Spray nettoyant wc zéro dechet ingrédient

Voici, ma première tentative zéro déchet

Le zéro déchet, ce combat silencieux…

J’aime cette poursuite du zéro déchet, parce qu’elle est cet incroyable mouvement positif et silencieux qui se déploie de plus en plus chaque jour. Le zéro déchet est ce combat que tous et chacun peut mener dans sa vie, au quotidien!

Il est cette preuve que nous pouvons réussir à vivre différemment, malgré ce que les détracteurs peuvent dire. Il est cet accord tacite entre des gens bien différent qui ont conscience qu’il est temps d’agir pour limiter les dégâts.

Il est cet espoir un peu fou que nous y parviendrons. Il est certainement, aussi, cette utopie que nous n’atteindrons jamais. Mais, il est surtout et avant tout un acte citoyen, humain, un acte normal, en somme…

Pour toutes ces raisons, je me dis que je peux au moins essayer, et même plus… 

14 Comments

  • Hello,
    Je trouve ça très courageux de ta part d’admettre que tu as arrêté le zéro déchet. Après rien ne t’empêche de sensibiliser tes colocs lorsque toi tu fais les courses ! C’est aussi en démontrant que ce n’est pas si compliqué et qu’en plus cela fait faire des economies qu’on arrivera à faire changer les mentalités.
    Bon courage,
    Claire

    • C’est vrai tu as complètement raison! Je pense que c’est plus difficile mais pas forcément impossible d’intégrer des astuces simples. J’ai déjà une de mes coloc qui fait des yaourts maison. Je pense qu’il y a totalement une possibilité de continuer dans ce sens…

      En tout cas merci pour ton commentaire! Belle journée à toi. 🙂

  • Hello ! C’est sur qu’avec une situation pareil ce n’est pas évident du tout du tout ! Et c’est très courageux de l’admettre 🙂 Après qui sait, petit à petit peut-être que tu pourras effectuer quelques actions significatives ! Et même si l’objectif final n’est pas zéro, rien que réduire ça sera génial à l’échelle d’une coloc’ ! 🙂
    Bon courage 🙂
    Bises!

    • Tu as parfaitement raison. Je me rends compte qu’il y a quelques petites actions que je peux déjà mener de mon côté, sans que ça ne gène trop les autres coloc’s!

    • C’est vrai, c’est bien dit: “tu fais le plus possible tu fais déjà énormément”. C’est une vision très positive de voir les choses!

  • Le zero dechet n’est pas une chose facile et demande de remettre en question nos habitudes “education” de vie alors evidement là c’est un peu compliqué d’imposer le zero dechet dans cette coloc…mais rien n’est perdu et peut etre que tu feras un peu, et ce sera deja pas mal.

    • Oui, c’est exacte, je crois que je peux déjà faire déjà pas mal de chose de mon côté tout en m’adaptant à ce mode de vie de colocation.

  • Je suis intriguée … Qu’est ce qui t’a poussée à vivre avec 5 personnes ? Je vous admire, car déjà, dans une famille c’est compliqué, mais des “étrangers”, il faut une vraie dose de civisme !
    Bravo à vous 🙂

    • Bonne question! J’ai presque toujours vécu en colocation. J’y suis habituée. Ceci étant dit, c’est la première fois que je vis avec autant de personnes. Tu as complètement raison il faut une bonne dose de civisme, de patience et d’ouverture d’esprit, mais c’est une belle expérience.

      Je ne cherchais pas à revenir dans une coloc’ pour autant, mais c’est le fonctionnement de la colocation et les gens qui s’y trouvent qui m’ont motivé. Nous partageons beaucoup de moments ensemble: soirées, visites, voyages etc. Mais nous avons nos espaces perso aussi. C’est très différent de la plupart des coloc’ où chacun fait sa petite vie, son repas dans son coin. Dans cette coloc’ il y a une vraie notion de partage et d’échange, que je trouve géniale.

      C’est aussi une question financière puisque dans un an je pars vivre à l’étranger, ça me permet par la même occasion d’économiser un peu.

  • Il m’est arrivé la même chose à peu près quand je me suis séparée en mars, que j’ai déménagé et que je me suis installée avec quelqu’un d’autre. Le temps de prendre mes marques, puis un arrêt maladie de 5 mois, pas facile, alors j’ai un peu tout laissé tomber (serviettes et cotons lavables, produits home made, enfin, tout ce que je faisais pour laisser le moins de déchets derrière moi).
    Et puis j’ai commencé à m’y remettre, tout doucement, en conciliant mes idées et ma nouvelle vie, mais c’est un processus qui a mis pas mal de temps à se mettre en place.

    • Oui, comme tu dis c’est un processus qui prend du temps… beaucoup de temps.

      Mais peut être que le zéro déchet devrait s’adapter à nous et non l’inverse. Je veux dire que si nous le laissons tomber dès qu’il y a un changement dans nos vies, c’est sûrement que nous n’avons pas encore réussi à l’intégré complètement à nos vies. La question est: “Comment faire en sorte que le zéro déchet soit intégrer à nos vies peu importe les circonstances?”

      Quand je dis “nous”, c’est une “nous” général. 🙂

  • Il est clair que notre mode de vie n’est plus adapté pour adopter le zéro déchet. Cela demande de gros efforts sur soit-même alors pour les autres qui n’en prennent déjà pas conscience… Peux-être que tu peux les initier à un ou deux actes zéros déchets faciles d’accès ?
    PS : oui bravo pour cette coloc à 6 !!! Quel courage… Vive la tolérance héhé

    • haha C’est claire que c’est un vrai travail de tolérance. Mais c’est largement plus positif que de négatif! 🙂

      A dire j’en ai déjà parlé, je crois que la moitié d’entre eux seraient facile à initier, mais pour les autres j’ai gros doute..

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *